Arte Flamenco

n°30 du 2 au 7 juillet 2018

vendredi 6 juillet

Paseo a dos
Dorantes et Renaud Garcia-Fons

> Café Cantante à 20h
[ 1ère partie ]

Dorantes-et-Garcia-Fons © Javier-Caro« Jouer » d'un instrument : avec eux, le mot s'entend dans son sens propre. Dorantes et Garcia-Fons s'amusent véritablement l'un avec l'autre, en communion, en interaction, pour un petit bijou de spectacle en toute complicité, combinant piano et contrebasse à cinq cordes. Des instruments pas communs pour un paseo flamenco qui se joue en duo, et aussi en solo, au confluent des musiques andalouses, classiques, jazz et latines...

Dans un art flamenco si terrien, les notes de David Peña Dorantes apportent des ailes, son piano de l'évasion. Gitan andalou de 49 ans, il est le petit-fils de La Perrata, neveu d'El Lebrijano et d'Inés Bacán, fils de Pedro Peña. Tombé tout petit amoureux du piano de ses grands-parents, son professeur au Conservatoire supérieur de Séville lui dit un jour : « Tu es très flamenco quand tu joues Bach ! ». Un flamenco avant-gardiste au contact aussi de jazzmen, pour une créativité sans frontières.

Né en région parisienne en 1962 d'une famille d'artistes et membre dans les années 1980 du si unique Orchestre de Contrebasses, Renaud Garcia-Fons est l'un des bassistes les plus étonnants au monde, connu pour sa virtuosité phénoménale comme le « Paganini de la contrebasse ». Un musicien surdoué, influencé par le jazz et la musique classique, mais aussi par le flamenco, la nouvelle musette, le tango, les musiques africaines, arabes et indiennes.

DISTRIBUTION
Piano : Dorantes
Contrebasse : Renaud Garcia-Fons

Canales y amigos
Antonio Canales

[ 2e partie ]

C'est « la soirée de toutes les surprises » et c'est Sandrine Rabassa, la directrice artistique de Arte Flamenco, qui le dit ! Il y aura là une foule d'artistes invités pour la fête du 30e anniversaire du festival, « comme des amis pour un mariage ». Une chose est sûre, ce ne sera pas un spectacle chorégraphique. « La ligne directrice, c'est de s'éclater et faire la fête par des rencontres célébrant la scène montoise », résume-t-elle : « ils ont tous répondus présents ! ». Tous ? Oui tous !

Antonio CanalesLa divine Adela Campallo, le mythique Carrete de Málaga ; la grande voix de Gabriel de la Tomasa, le rythme et l'art authentique de Luis Peña et Torombo, les guitares immenses d'Eugenio Iglesias, Juan Campallo et David Vargas, et plus encore... Ils seront réunis autour d'Antonio Canales en magnifique chef d'orchestre de par sa fougue et sa joie. Quand il monte sur scène, le showman sévillan qui a vu le jour en 1961 dans un tablao du quartier Triana (au 76, rue Castilla pour tout dire) a un tel charisme qu'un simple mouvement de main, un regard, un sourire réussissent à mettre connaisseurs et néophytes dans sa poche. Ce pionnier dans le débarquement du flamenco sur les scènes modernes de New York à Tokyo s'est approprié l'art andalou en le mâtinant de danse classique ; il a d'ailleurs tapé du pied avec les plus grands, de Rudolph Noureïev à Sylvie Guillem ou Patrick Dupond. La soirée s'annonce explosive.

DISTRIBUTION
Baile :  Antonio Canales, Adela Campallo, Carmen Gonzalez, El Humor, Flamencura, Carrete de Málaga
Chant : Gabriel de la Tomasa, David El Galli
Percussions : José Carrasco
Artiste invité : Diego Amador
Compás : Luis Peña y el Torombo
Guitare : Eugenio Iglesias, Juan Campallo, David Vargas

Réserver ce spectacle

[ Retour ]

Festival Arte Flamenco

Suivez-nous