Arte Flamenco

n°31 du 2 au 6 juillet 2019
France España

vendredi 5 juillet

Estrellas de Jerez
Antonio Rey et Diego del Morao

> Café Cantante à 20h | [ 1ère partie ]

Diego et Antonio

Tous deux ont été élevés dans la transmission et l’héritage, dans des familles d’artistes. L’un est l’étincelle et le rythme vertigineux, l’autre les braises et la mélodie profonde. Diego del Morao et Antonio Rey sont deux des meilleurs guitaristes du flamenco actuel. Les habitués du festival montois les connaissent déjà bien individuellement, mais ce spectacle - coup de coeur de la Biennale de Séville - fait le pari original d’allier ces deux esthétiques différentes et captivantes, accompagnées par deux artistes aux palmas pour prolonger l’ambiance.
Diego del Morao, le fils de Moreito, regretté monument de la guitare, est un magicien de ses dix doigts, formé évidemment à la maison puis à l’académie El Carbonero. Issu de la famille des Morao de Jerez dont les musiciens sont courtisés par les plus grands chanteurs depuis les années 1940, Diego perpétue magnifiquement la lignée, sacré par un Grammy Award pour Entre 20 aguas, album-hommage à Paco de Lucía.
Antonio Rey, dont le père Toni était guitariste et cantaor, a aussi côtoyé le maître absolu de la guitare sur scène de son vivant. Natif de Madrid, ce virtuose impressionnant de technique, récompensé du Giraldillo al Toque en 2012, a également accompagné de grands noms de la danse tels Antonio Canales, Farruquito ou Manuela Carrasco, avant sa carrière en solo. 
Bref, deux fois six cordes pour un récital assurément d’exception dans une complicité rare.

DISTRIBUTION
Guitare : Diego del Morao et Antonio Rey
Accompagnement guitare : Fernando de la Morena
Percussions : Ané Carrasco

Avec le soutien de Extenda - Andalucía flamenca

La calle de mis sueños
Joaquín Grilo compagnie

> Café Cantante à 21h30 | [ 2ème partie ]

Joaquín Grilo © Miguel Ángel GonzálezTrois ans après son duo étonnant avec le génial Antonio Canales au Café Cantante, le phénomène Joaquín Grilo revient à Mont-de-Marsan. Un artiste incomparable toujours capable de surprendre par sa pointe de folie, indispensable à l'univers flamenco parfois tellement cadré et chorégraphié. Danseur et percussionniste de la légende Paco de Lucía dans les années 90, Grilo est un classique à la base, soliste depuis ses 15 ans, à l'âge où il coupe le cordon ombilical avec Jerez pour rejoindre Barcelone, Madrid et le monde entier. Mais l'ex-chorégraphe du ballet national d'Espagne a su inventer, au fil de sa carrière, du jamais vu, s'appuyant, par exemple, sur la tranche externe de ses pieds, ou plus cocasse, dansant en boitant ; le tout grâce à une prodigieuse technique au service de l'expression et de l'émotion pure.
Avec son nouveau spectacle, La Calle de mis sueños, présenté au Festival de Jerez de la Frontera cet hiver, Grilo étonne encore, en se concentrant cette fois-ci sur ses rêves dans lesquels il s'imagine en marionnette, en Mickaël Jackson ou en Fred Astaire. L'idée était de « sortir le film que j'avais dans la tête et de le mettre en scène », raconte-t-il, car pour lui, « les rêves sont réels; ce qui ne va pas, c’est la réalité ».

DISTRIBUTION
Baile
: Joaquín Grilo, Cynthia Cano, Marta de Troya, Noelia Vilches, Paula Salazar, Fernando Galán
Chant - artiste invité :  José Valencia (Cante)
Chant : May Fernández, "Maloko", Enrique "Remache" 
Guitare : Francis Gómez
Clavier et Piano : Rodrigo Carmona
Batterie et Percussions : Ané Carrasco

Avec le soutien de Extenda - Andalucía flamenca

Réserver ce spectacle, côté :

Scène  Vidéo

[ Retour ]

31e Festival Arte Flamenco

Suivez-nous