Arte Flamenco

n°31 du 2 au 6 juillet 2019
France España

Manuel Martín Martín

Manuel Martín Martín

Manuel Martín Martín

Né à Écija (Province de Séville), Manuel Martín Martín est considéré comme l’un des critiques les plus prestigieux de notre temps. Une activité professionnelle qu’il exerce aujourd’hui pour le journal El Mundo Andalucia et qu’il développe depuis 40 ans. Une longue carrière durant laquelle il a été nommé par le Doyen de la Faculté de Sciences de l’Information de Séville comme « le meilleur critique de Flamenco d’Espagne » et défini par Manuel Barrios comme « le critique le plus expert de notre époque ». Il est membre temporaire de l’Académie Royale des Sciences, Littératures et Beaux-Arts « Vélez de Guevara » et membre actif de la Chaire Itinérante de Flamencologie de Cadix.
Il est également auteur, entre autres de scénarios d’émissions télévisées sur Tía Anica la Piriñaca et El Cante por Serranas (1989 et 1990), des ouvrages Retratos flamencos (1992) et Honores al señor Antonio Mairena (1992) mais aussi d’essais comme Proceso a Manolo de Huelva (1992), Cien años de cante (1993) et De la tradición a la vanguardia (1993).

Il a également collaboré aux volumes 2 et 3 de Historia del Flamenco (1995) et il est co-auteur de Dos siglos de flamenco (1989), Flamencos (1990), et La tradición gitana en la obra de Tomás Pavón (1993). Il a publié au fil du temps des œuvres qui constituent un apport important à l’histoire du Flamenco comme Y Dios permitió, une aproche de l’oeuvre de Manuel Torre (1995); Los gitanos en la historia y la cultura (1996) et Alcalá de la Soleá, un museo abierto (2006), livre qui fut qualifié par certains auteurs de Bible du Flamenco. Parallèlement il est coauteur, avec les professeurs universitaires andalous les plus importants.

Manuel Martín Martín est membre du jury des concours les plus prestigieux, comme les concours de Cordoba, de Mareina del Alcor ou de La Unión et il est également juré du Compás del Cante ou des Giraldillos de la Biennale de Séville. Ses leçons érudites sont demandées tant par l’UNESCO que dans les pays d’Europe centrales ou dans les pays arabes et il est habitué à donner des cours dans toutes les Universités andalouses et sur le reste du territoire national.

Manuel Martín est le rédacteur du dossier envoyé auprès du conseil du Gouvernement de la Junta de Andalucia pour l’attribution de la Vème Clé d’or du chant au chanteur Fosforito.

Ayant à son actif des centaines de conférences écrites, il est membre honoraire de plus de trente Peñas Flamencas et détient entre autre la Mention Spéciale du Prix du Journalisme Ricardo Molina de Cordoba, le Prix National du Journalisme « Ciudad de la Union », Prix de la meilleure couverture de spectacles de Flamenco, le Prix National de Flamencologie dans la catégorie « critique de presse » et il est également le gagnant du concours de Journalisme d’investigation et critique « Malaga en Flamenco ».

En juin 2006 son travail est reconnu à Huelva pendant la IXe Higuera Flamenca. Il figure depuis 2007 dans l’anthologie Leaders andalous du XXe siècle, d’Antonio Murciano, et fut en 2009 le coordinateur du premier colloque Antonio Mairena qui s’est déroulé à Mairena del Alcor pour le centenaire de sa naissance.

Il reçut en 2012 un hommage de la Peña Femenina de Huelva pour avoir défendu pendant plus de 30 ans le flamenco et le rôle des femmes dans la dignification de la culture andalouse.

Manuel Martín Martín a édité en 2014 las Obras completas del Niño de Marchena, un travail d’investigation qui a été reconnu comme l’analyse la plus approfondie de l’histoire du disque Vinyl. En 2018, il a présenté son enquête sociologique sur l’impact du Flamenco dans la culture espagnole pendant les cours d’été de l’Université Pablo de Olavide

[ Retour ]

31e Festival Arte Flamenco

Suivez-nous