AccueilActualités32e Arte Flamenco : 5 soirées exceptionnelles aux arènes du Plumaçon

Actualité

retour
30 avril 2021

32e Arte Flamenco : 5 soirées exceptionnelles aux arènes du Plumaçon

Information officielle

Une pluie d'étoiles en plein air est attendue du 29 juin au 3 juillet dans ce lieu inédit qui devrait offrir des moments magiques, après une année blanche de flamenco à Mont-de-Marsan.

En entrant dans le Pôle/Théâtre de Gascogne, jeudi 29 avril en fin de journée, pour la présentation du festival, ce fut pour chacun un moment particulier... revoir une scène, s'assoir sur un fauteuil, regarder les lumières chaleureuses... « Ça nous manque », confiait Xavier Fortinon en préambule : « le contexte sanitaire pèse sur nos vies quotidiennes, notre système de santé, la vie économique et la culture », mais « nous voulons croire qu'il sera possible de retourner au spectacle, en étant raisonnablement optimiste pour l'été ».

Carrasco, El Pele-El Granaíno-Farruquito, Molina-Riqueni

Dans un format réinventé, Arte Flamenco va donc investir les arènes du Plumaçon, prêtées par Mont-de-Marsan pour « repartir, revivre et rêver de nouveau », selon les mots du maire Charles Dayot. Le président du Conseil départemental a remercié la Ville « solidaire du Département pour que ce festival ait lieu dans les meilleures conditions en espérant que les cafetiers, restaurateurs, hébergeurs et tous les commerçants puissent bénéficier à plein des retombées de cet événement ».

« Une scène de 18 mètres sera montée dans le ruedo au centre de l'arène et un parterre créera l'intimité dans cet environnement dramaturgique », a dévoilé le directeur de la communication du festival, Lionel Niedzwiecki, espérant augmenter la jauge de 1 000 personnes suite aux annonces présidentielles.

Rafaela Carrsco par Ana Palma

Là, avec sa grâce et sa délicatesse infinies, Rafaela Carrasco ouvrira le grand bal flamenco le 29 juin, seule avec 10 danseurs, pour une reprise très personnelle du mythe d'Ariane, où il est question de solitude, d'amour, de rêve de liberté, de trahison, de mur de pierre et de jardins de tournesols. Preuve de l'impatience des artistes à remonter sur scène, la chorégraphe et ex-directrice artistique du Ballet flamenco d'Andalousie a posté un message sur Facebook, en pleine présentation de la 32e édition : « Gracias por seguir adelante! El mundo necesita Cultura y Flamenco  (Merci d'aller de l'avant ! Le monde a besoin de culture et de flamenco ! ) ».

Le 30 juin, le piano sera à l'honneur avec Pedro Ricardo Miño qui a déjà envoûté les jardins de l'Alcazar de Séville lors de la dernière Biennale en septembre. Il sera accompagné d'Anabel Valencia, la cantaora de grand talent de Lebrija, cousine du maestro José Valencia, et d'El Choro qui viendra « mettre son grain de sel, de poivre et de piment pour mettre le feu aux arènes », savoure à l'avance Sandrine Rabassa, directrice artistique du festival.

Bodega, stages et exposition

Les femmes prendront le pouvoir le 1er juillet avec la « Diosa del Baile » (déesse de la danse) Manuela Carrasco. Mythe vivant venue de Triana, elle sera accompagnée au cante par la puissance et la douceur d'Esperanza Fernández, la fraîcheur de La Tana qui chanta longtemps avec Paco de Lucía, et par ses deux filles, Manuela (danse) et Zamara (chant). Une soirée 100 % gitane.

Des hommes forts prendront le relais le lendemain. En ce 2 juillet, jour-anniversaire de la mort de Camarón de la Isla, sont attendus deux immenses chanteurs, El Pele et El Granaíno, animés du bailaor d'exception Farruquito, « le petit prince qui a tant touché les étoiles qu'il est devenu roi »... « on a déjà la chair de poule », témoigne Sandrine Rabassa.

La clôture se fera en apothéose dans les arènes avec deux génies - de la danse Rocío Molina, et de la guitare Rafael Riqueni -, seuls en scène pour un spectacle intime, profond, magique.

Il y aura aussi de beaux moments d'artistes à la Bodega, sans doute installée place Saint-Roch pour retrouver aussi la vie avec les cafetiers. Des stages également, aux jauges plus modestes qu'à l'accoutumée. Et le retour de l'exposition « Danse, Danse avec la Lune » au musée Despiau-Wlérick.

La billetterie du festival ouvre le 12 mai, avec des places des 5 à 30 €

Consulter le programme

La présentation du 29 avril est à revoir ici ↓

Actualités en lien

Information officielle
29 mars 2021